jeudi … vendredi …

Quand j’étais môme, nous n’allions pas à l’école le jeudi. En 1972, la journée libérée des enfants est passée du jeudi au mercredi. Allez savoir pourquoi !

Avec Foisette nous avons gardé les anciennes habitudes et souvent notre journée libre est restée le jeudi. Hier j’ai ramassé une bonne salade de pissenlits. Ce sont les derniers car ils montent en fleurs.

DSC_0106

Aux morilles il y avait la queue. Il a fallu que j’attende que tous les ramasseurs soient passés. Je ne me montre jamais aux autres par contre je “bous” quand je vois des gars approcher de “nos” coins…

Aujourd’hui nous sommes vendredi. C’est le traditionnel jour du poisson. Les explications gênées aux entournures de ce jour “maigre” amènent inévitablement à nos pratiques religieuses d’antan. On risque d’en perdre son latin (de cuisine !). Cette semaine, notre jour “maigre” fut avancé à hier jeudi. Foisette a ressorti de la petite friture que j’avais pêchée l’été dernier. C’est toujours un délice ! Ma pêche est calibrée et nous mangeons tout de ces petites bêtes, tête et queue comprises. Je sens que les défenseurs des animaux vont encore me casser les … bonbons.

J’ajouterai qu’aujourd’hui vendredi c’est doublement jour de poisson car nous sommes le 1er avril. Dans le temps nous accrochions un poisson en papier dans le dos des gens. C’est le jour des canulars. En 2000, le quotidien sportif portugais « A bola » publie un article selon lequel l’UEFA a décidé de retirer l’organisation de l’Euro 2004 à son pays. Un traumatisme pour certains lecteurs… En 2016, l’annulation de cette épreuve en France me ravirait. Ils nous saoulent avec le foot. Ce sport est devenu la vitrine de la connerie humaine ! C’est un commerce qui marche bien. Il y a foule…

Moi pendant que les gens s’emmerderont dans les stades ou devant la télé, je me coucherai tôt pour être au lever du jour, peinard au bord de l’eau avec ma canne à pêche. Joignant l’utile à l’agréable, je ferais des réserves pour les vendredis futurs.  Là-haut à St-Sixte tu te sens un peu le Robinson de Chartreuse. C’est comme si l’aventurier du grand chemin venait s’échouer. Dans mon histoire, c’est une autochtone qui me porte secours. Je la surnomme Vendredi et comme nous sommes le 13, je lui achèterai un billet de loterie. Je me réveille avant de savoir si je lui ai porté chance…

DSC_0105

Le pêcher est en fleurs à St-Aupre. Il est rose “charvieu”. Mardi je vais peut-être avoir la permission de re-pédaler… En attendant il va falloir que je mette à jour notre compteur de marche. Nous approchons à “grands pas” des 6000 kilomètres… On s’entraîne tous les jours. Avec ma copine Vendredi, “ça me di”rait bien de repartir…

 DSC_0103

Publicités
Cet article a été publié dans Saint-Aupre. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s