Bob, Laurent et compagnie…

                                               … de CRS

bobby knight

 » La clé n’est pas la volonté de gagner. Tout le monde a ça. C’est la volonté de se préparer pour gagner, qui est important. » Bobby Knight

C’est d’autant plus facile à traduire que ça tombe sous le sens, pour moi en tous cas. Lorsque j’entraînais, ma philosophie de basket j’allais la puiser chez les universitaires américains et chez les coachs yougoslaves. Bobby Knight est l’un des entraîneurs ayant remporté le plus de victoires dans le championnat universitaire américain NCAA. Il a dirigé aussi l’équipe nationale américaine ayant remporté la médaille d’or aux Jeux Olympiques de 1984.  Au cours de ces jeux, à la fin d’un match, il a fait pleurer Michael Jordan. Il lui a dit qu’il n’avait jamais aussi mal joué. Il est également connu pour les nombreux incidents médiatiques ayant émaillé sa carrière. En général les “bons” se sont pas commodes, c’est ma constatation en tous cas.

Il n’est pas dans mes habitudes de vanter les techniciens étrangers. Force est de constater qu’ils sont meilleurs que la plupart des coachs français. Beaucoup de ces derniers cachent leur incompétence  en jouant du “pipeau”.

J’ai tendance à ne pas être tendre aussi avec les basketteurs Pro. J’ai l’impression qu’ils ne s’entraînent pas assez, tout du moins certaines de leurs prestations sur le terrain me poussent à cette intuition. Je me trompe peut-être. Toutefois, j’ai souvenir d’une réaction de Laurent Sciarra lorsqu’il entraînait Vichy. Le 21 novembre 2011, pour la première fois de sa carrière, il avait été nommé entraîneur de la JA Vichy ProB dernier du championnat, en remplacement de Jean-Philippe Besson3. Il ne parvint pas à éviter la relégation du club en NM1. J’ai retrouvé l’article :

Après la dernière défaite de son équipe, le technicien de Vichy a tapé du poing sur la table. Les joueurs en ont pris pour leur grade et ça fait plutôt mal… Après une prestation plutôt terne, les Vichyssois ont pris cher. Et les saillies sont venues de Laurent Sciarra himself. L’entraineur de la JAV a notamment pesté contre le comportement de ses « gentils joueurs », précisant même, dans une formule empruntée à Antoine Mendy, que « d’un dauphin, on n’en fait pas un requin ». Très énervé, Laurent Sciarra évoque la mise en péril de tout un club en n’oubliant pas au passage de plaindre Jean-Philippe Besson, resté plus longtemps que lui au club. La semaine risque d’être longue à Vichy….

Voici les meilleurs extraits :

« Quand vous avez des gentils garçons, ça reste des gentils garçons. (il tape du poing sur la table) Quand vous n’avez pas de tueurs, vous n’avez pas de tueurs […] Comme dirait mon pote Antoine Mendy « d’un dauphin, tu n’en fais pas un requin ». Donc on va arrêter de se chercher des excuses ».

« Ils sont tellement sympas qu’ils ne vont jamais boire de bière entre eux. Y’a un joueur qui habite dans le même immeuble que moi, tous les jours il vient à pied. Il y a quatre coéquipiers qui habitent le même immeuble et personne ne propose de l’amener. C’est ça une équipe ? ».

« On a le temps d’être en vacances l’été. Copacabana ou mes couilles…On a le temps et nous bons coaches on va leur donner des jours de repos ? Et ouais ils s’entrainent dur, on est fatigué coach. On est fatigué mon cul ouais ».

« Le sport de haut niveau, c’est le cœur, le ventre et ce qu’il y a dessous,  un peu de couille. De grosses couilles ».

« Jean-Philippe Besson mais putain je le plains. Je le plains. Je le plains parce que lui il est resté plus longtemps que moi ».

….

Il est spécial Sciarra. Moi j’aimais bien le joueur et je garde un oeil sur son parcours de coach ou de consultant TV, depuis sa retraite sportive. Cette saison il entraîne Evreux. Il vient à Marlioz le 11 novembre. J’essaierai d’aller lui parler si le match se passe bien. D’ici là  Aix-Maurienne se déplace à Vichy (tiens, tiens…) samedi en championnat. Mardi prochain, match retour à Denain pour la Leaders Cup dans un ancien fief du basket des années 60. Le vendredi 4 novembre, les savoyards vont au Havre qui descend de ProA. Lors de notre périple à Etretat en 2006, nous avions pique-niqué sur la plage entre deux trains. Cette année c’est peut-être l’occasion d’aller marcher jusqu’au Cap de la Hève. Pour se faire il faudrait que la police arrête de manifester car un de ces jours on va les retrouver debout sur les voies en “train” d’arrêter les circulations ferroviaires. Faut s’étonner de rien avec les “casqués”, véritables  forçats du bitume, du macadam et des pavés type mai 68, véritables “boucliers” de la nation aussi…

Je me sentirais plus à l’aise en “compagnie” de Bobby et de Laurent qu’avec certains autres personnages dont on nous “matraque” les oreilles en ce moment…

Publicités
Cet article a été publié dans basket, divers. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s