ça roule pas mal …

P1180258

Ce matin avec Jean-Michel nous sommes partis à 9h et en allant sur Aix le ciel bleu a commencé à poindre. Pas chaud quand même ! Pourtant le “climat” était un peu à l’orage car dés le départ de la Zup on s’est fait serrer par un petit camion et sa remorque de pépiniériste. Jean-Mi a rattrapé le gars à un feu et encore heureux qu’il s’est écrasé sinon je ne donnais pas cher de sa peau. Il allait se faire “bouturer” le pif. A l’entrée d’Aix c’est une femme qui nous a klaxonné avec insistance. L’ancien vainqueur des 6 jours de Grenoble s’est alors déporté et il a roulé au milieu de la chaussée jusqu’à Marlioz. La gonzesse ne pouvant pas passer, continuait de klaxonner et derrière elle la file de bagnole s’étirait jusqu’à l’entrée du golf. J’ai réussi a enrayer l’incident en mettant la main pour tourner et pour m’arrêter comme si nous allions à la boulangerie. A l’entrée d’Aix, une Mercedes nous a serré, décidemment, et Jean-Mi qui était encore énervé a rattrapé le gars. Il s’est rebiffé le bougre. Il n’aurait pas dû car je pense que cet aprèm il va faire toutes les casses pour trouver un rétroviseur bon marché. La pièce originale n’a pas aimé quand Jean-Mi lui a fait le gestuel du “relais à l’américaine”, comme un sixdayman à l’ancienne. Après le troisième “fait d’hiver” j’ai dit à Jean-Michel : «Bon maintenant ça suffit, tu passes derrière, tu te tais et tu ne bronches plus quoiqu’il arrive !…» Sacré Jean-Mi !

P1180264

La dernière année où nous roulions sérieusement ensemble remonte à 20 ans. Il m’a dit d’arrêter de le vieillir car ça ne fait que 19 ans… Il va sûrement reprendre une licence. Sa femme et sa maman peuvent ressortir les vases… Je me souviens des premières fois où je roulais avec lui en compagnie de cracks du coin. C’est le premier qui m’avait donné une poussette en haut d’une bosse pour que je bascule plus facilement avec le groupe. Il avait l’habitude de rouler avec des cyclos aussi et surtout il a toujours été respectueux de l’âge. Ce matin ses compliments m’ont touché, je ne suis plus habitué. Les gars reconnaissants ne “courent” pas les rues.  Ce matin, comme je radote un peu, je lui ai raconté les courses qui m’ont souri il y a quelques années. Lui me raconte des anecdotes dont certaines me reviennent. Il revoit toujours des gars de Charvieu et de Vienne ses anciens clubs. Certains emmènent leur progéniture rouler et courir. Des noms qu’on a connus vont bientôt faire la une des pages régionales de sport . Bon sang ne saurait mentir. Cependant, l’hypocrisie est toujours à la mode. Certains responsables de groupes ou de clubs font la morale aux jeunes alors qu’on sait que ce sont d’anciennes “chaudières”, diplômées de surcroit. Faut arrêter aussi de dire que le cyclisme pro est propre maintenant ! Je suis très documenté sur le sujet et Jean-Mi m’a toujours tenu informé. Par contre vous ne me ferez jamais écrire qu’un gars a marché parce qu’il se chargeait. Si vous en doutez, essayez de doper un tocard… Je précise seulement que le vélo a bon dos. J’ai pu constater que dans les trails les premiers ne donnaient pas leur part aux cyclistes…Tout le monde il est gentil …

Photo1139

Ce matin nous sommes allés jusqu’à Chamfleury. Je suis content car tout seul je ne serais pas allé si loin. Je dois refaire mes gammes mais au au risque de me vanter, je m’aperçois que j’ai gardé un bon coup de pédales. En fait les randonnées de plusieurs jours qu’on a faites avec Foisette nous ont donné la caisse. J’ai juste un peu de “brioche” à perdre. Jean-Mi le pâtissier m’a dit qu’elle n’était pas trop “levée” et la “pâte” était bonne. La bise soufflait du côté de Brison mais quel bonheur de rouler au bord du lac dans ce cadre féérique ! L’ancien charvieuland m’a donné quelques poussettes dans les talus, ceci explique pourquoi notre allure est restée soutenue. Je dis souvent avoir eu plusieurs vies. Il m’arrive d’en retrouver des séquences. Pendant un moment je me suis crû dans un gentlemen. C’est bon ! Pourvu que ça dure ! Jean-Mi m’a demandé si je reprenais une licence l’an prochain. Il a ajouté que le problème, même pour lui, ce sont les risques de gamelles en course. Alors on verra bien. En décembre il va m’emmener à la piste. Il m’a dit : «Tu verras, tu vas retrouver des odeurs…»

P1180265

Vive le vélo !

Publicités
Cet article a été publié dans vélo. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s